Agrégateur de contenus

null Appel à témoignages dans le cadre du projet de recherche sur l’architecte de la cathédrale Johann Knauth

Appel à témoignages dans le cadre du projet de recherche sur l’architecte de la cathédrale Johann Knauth

© F.OND
Aidez-nous à trouver des informations sur le chantier de restauration du pilier de la tour de la cathédrale dit le "pilier Knauth"

Plan réalisé pour l’entreprise Wagner par l’ingénieur Siegmund Müller : projet pour la restauration du pilier de la tour, 1911Depuis 2021, un projet de recherche (université de Strasbourg/université d’Innsbruck) se consacre à l’étude du chantier de restauration du pilier de la tour de la cathédrale, mené de 1905 à 1921 par l’architecte de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame Johann Knauth et achevé en 1926 par son successeur Clément Dauchy. Dans ce cadre, la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame recherche des renseignements (archives, témoignages, photographies, correspondances, etc.) sur l’entreprise Wagner ainsi que sur la famille Holtzmann.

Entreprise Théodore et Édouard Wagner

Copie d’un plan daté 1914, signé par les entreprises Wagner, Züblin et Johann KnauthThéodore Wagner est né à Strasbourg le 8 janvier 1842. Son nom apparaît pour la première fois dans le livre d’adresses de Strasbourg en 1876, accompagné de la mention Bau-Unternehmer (entreprise de construction), résidant Büchergasse 14 (aujourd’hui 14, rue Adolphe-Seyboth). Édouard Wagner, son frère, né le 7 mai 1848 à Strasbourg, est mentionné sous divers titres : Werkmeister, Baumeister, puis Architekt à partir de 1878. Il résidait au 5, rue Finkwiller.
L’entreprise de construction est créée dans les années 1810. En 1911, elle est choisie par la Ville de Strasbourg pour participer à la restauration des fondations du pilier de la tour de la cathédrale, aux côtés de la firme Züblin.

Photographie du chantier, 6 septembre 1911, crédit F.ONDThéodore Wagner décède en 1910. Édouard Wagner poursuit ses activités après la Première Guerre mondiale, et participe notamment à la construction du port de Strasbourg. En 1931, il est fait chevalier de la Légion d’honneur pour ces travaux. Bien qu’il meurt en 1939, l’entreprise Wagner poursuit ses activités jusque dans les années 1960 et sa dernière réalisation connue est le pont Winston-Churchill (1964-1967), aujourd’hui détruit. À cette époque, le siège social de la firme est toujours situé au 14, rue Adolphe-Seyboth et son principal entrepôt se trouvait au 76, rue de la Plaine-des-Bouchers.

Famille Holzmann

Johann Knauth (1863-1924), originaire de Cologne, s’installe à Strasbourg en 1891. En 1892, il épouse Mathilde Léonie Pauline Holzmann (née en 1868). Leurs deux enfants, nés en 1895 et 1898, meurent durant la Première Guerre mondiale, sans descendance. Après l’expulsion de Johann Knauth (1921), Mathilde suit son mari à Gengenbach (Bade). Devenue veuve en 1924, elle s’installe à Offenbourg, où elle décède en 1949 ; elle ne s’est jamais remariée.

La famille Holzmann est originaire de Soulz-les-Bains (67). Le père de Mathilde, Ignace Holzmann y possède un café, il s’installe ensuite à Strasbourg dans les années 1890, après la mort de sa femme. Ignace Holzmann tient une bierstub rue des Frères, jusqu’au début des années 1900.

Photographie du chantier, 22 novembre 1913, crédit F.ONDMathilde Holzmann est la troisième d’une fratrie de cinq enfants, dont quatre atteignent l’âge adulte. Son frère cadet Joseph Holzmann (1874-?) reste en Alsace ; il tiendra, entre 1901 et 1907, la grande brasserie Zum Bratwurstglöckle, située au 7, rue des Grandes-Arcades. Les autres membres de la famille Holzmann rejoignent la capitale et les villes de Troyes (10), Boulogne-Billancourt (92), Bois-Colombes (92) et Greux (88).

Au-delà de l’Entreprise Wagner et de la famille Holtzmann, si l'un de vos ancêtres a lui aussi participé au chantier de restauration du pilier de la tour de la cathédrale et si vous en conservez des témoignages matériels, vous pouvez contacter :

Sabine Bengel : sabine.bengel@strasbourg.eu et Anne-Doris Meyer : anne-doris.meyer@unistra.fr