David Jan Wilk, architecte et collaborateur scientifique au département de construction de bâtiments de l’Université technique de Dortmund, mène des recherches approfondies sur la construction des rosaces gothiques dans le cadre de son projet de doctorat. Grâce à sa coopération avec la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, les premiers résultats de ses travaux sont désormais visibles.

Acquisition des données par laser, combles de la nef centrale, crédit et photos : David Jan Wilk, Université technique de Dortmund
Acquisition des données par laser, combles de la nef centrale, crédit et photos : David Jan Wilk, Université technique de Dortmund

En 2022, David Jan Wilk a effectué plusieurs relevés et examens sur place à l’aide d’outils traditionnels et numériques. Sans l’échafaudage approprié, un relevé au crayon et au papier n’est envisageable que dans les zones de la façade qui sont accessibles. Cependant, à l’aide d’un scanner laser, il est possible de réaliser des relevés de la structure du bâtiment en fonction des déformations, même à distance.

Grâce à cette méthode, l’architecte a relevé et étudié de plus près les roses du bras sud du transept de la cathédrale de Strasbourg ainsi que la grande rose occidentale. L’objectif de ses recherches est de mettre en évidence le lien entre la conception et la construction des éléments complexes des réseaux. La taille et le nombre, mais aussi le positionnement des pièces et la pose sur le chantier jouent un rôle important.

Pour mieux comprendre la construction, le processus de conception est pensé à l’envers, en partant de l’objet fini. Le jumeau numérique du réseau permet de tirer des conclusions sur les techniques de (pré)fabrication et permet de réaliser rapidement et facilement des réductions tridimensionnelles de la construction sous forme d’impressions 3D. Les éventuels points problématiques qui surviendraient lors de l’assemblage sur le chantier peuvent être reproduits de cette manière.

Don d'une impression 3D d'un élément de la rose occidentale, crédit et photo : David Jan Wilk, Université technique de Dortmund
Don d’une impression 3D d’un élément de la rose occidentale, crédit et photo : David Jan Wilk, Université technique de Dortmund

Le relevé permet une comparaison directe entre les dessins de conception et la réalité construite. Sur papier, on ne voit que des vues bidimensionnelles, alors que les tailleurs de pierre ont réalisés des pièces en trois dimensions. Une modélisation sur ordinateur peut simuler cette étape et, en cas de sections de profil différentes, donner des résultats différents. En ajustant les paramètres de conception et de construction, on rapproche pas à pas le modèle à l’objet construit afin de comprendre pleinement le processus de conception et de fabrication.

Nous remercions David Jan Wilk pour ce modèle et attendons avec impatience les résultats de ce travail de recherche.