Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Le fonds conservé à la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame

Plaque de verre, mesures de défences passives, protection des portails de la cathédrale
Grâce à l'existence ininterrompue de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, depuis sa création au XIIIe siècle jusqu'à nos jours, une grande partie de ses archives nous est parvenue. Ceci constitue un cas unique en France et même en Europe du nord des Alpes.

Un grand nombre de documents est toujours conservé à la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame. Les collections sont de plusieurs natures : archives écrites, plans, dessins et gravures, ouvrages, photographies, plaques de verre, moulages en plâtres, statues, vitraux et éléments d'architecture en pierre provenant de la cathédrale. Elles constituent des éléments importants pour le fonctionnement de la Fondation, pour mener à bien ses missions au quotidien.

La Fondation enrichit continuellement son fonds documentaire en réalisant notamment des estampages de la cathédrale dès lors qu'une campagne de conservation-restauration est entreprise. Elle produit des plans et photographies de chaque intervention ou évènement sur la cathédrale. Elle acquiert aussi de nouveaux ouvrages et livres spécialisés. Elle réalise des campagnes systématiques de relevés photogrammétriques, dont la précision va jusqu'au demi-centimètre. Il existe aussi une restitution en 3D des étapes de construction de la cathédrale.

Les archives écrites

Les archives courantes et intermédiaires de la Fondation sont conservées dans les locaux de la Fondation. Elles représentent plus de cinquante mètres linéaires, soit 350 boîtes. Les archives de la Fondation comportent des documents spécifiques à ses activités :

  • correspondances
  • dossiers de restauration des immeubles de la Fondation
  • documents relatifs au fonctionnement de la Fondation (comptabilité, etc.)
  • archives techniques, notamment les dossiers d'études relatifs aux travaux de conservation-restauration (études préalables, projets architecturaux et techniques, dossiers documentaires des ouvrages exécutés)
  • autres archives d'architecture, produites par l'appareilleur et le chargé d'études.

À cela s'ajoute la collection des carnets de travail Arbeitsbücher, relevés de présence et d'activité des sculpteurs et des tailleurs de pierre ainsi que des autres corps de métiers (manœuvres, maçons, forgerons, charpentiers) couvrant la période allant de 1897 à 2008.

La Fondation conserve aussi la presque totalité des livres des visiteurs de la plateforme de la cathédrale depuis l'année 1994 jusqu'à aujourd'hui. Les livres antérieurs à 1994 (1937-1994) sont conservés aux Archives municipales ; les plus anciens, couvrant la période de 1818 à 1937, ont été détruits pendant la Seconde Guerre mondiale.

La collection des plans et dessins

Cette collection est constituée d'environ 6000 plans (sur papier, calque, toile ou film transparent) pour la plus grande partie sur la cathédrale et les immeubles de la Fondation :

Elle comporte :

  • plans de restauration
  • relevés
  • plans de calpinage (plans de pose)
  • plans photogrammétriques
  • dessins techniques, croquis
  • projets réalisés et proposés.

De nombreux plans datent des XIXe et XXe siècles, d'autres des XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

La Fondation conserve également 35 carnets de relevés. Ils contiennent en majeure partie des dessins de la cathédrale et des immeubles appartenant à la Fondation mais aussi d'autres immeubles strasbourgeois. Ces relevés, exécutés entre 1891 et 1956, sont dessinés majoritairement au crayon sur papier.

Une source de première importance pour la compréhension des étapes de construction et l'avancement du chantier demeure la collection des relevés des marques lapidaires (marques de tailleurs de pierre et marques de pose) de la cathédrale de Strasbourg. La Fondation possède aussi une collection de marques lapidaires de ses immeubles et d'autres édifices alsaciens. Ces relevés datent de 1891 à aujourd'hui. En outre depuis l'année 2000, lors de chaque chantier de conservation et de restauration de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, un relevé exhaustif des marques lapidaires est effectué. Une base de donnés de ces marques est en cours d'élaboration.

Vers 1855, Émile Haas exécute à la demande de l'architecte Gustave Klotz (architecte de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame) des calques des enluminures du prestigieux manuscrit du XIIe siècle, l'Hortus Deliciarum, conservé à cette époque à la bibliothèque municipale. Ces calques font toujours partie des collections de la Fondation.

Ces dessins ont servi de cartons au maître verrier Jean-Baptiste Petit-Gérard pour la restauration des vitraux de la cathédrale.

En raison de la regrettable disparition du célèbre manuscrit pendant le bombardement de Strasbourg en 1870, ces calques et ceux conservés dans d'autres collections strasbourgeoises (médiathèque André Malraux et Grand séminaire) constituent des témoins de première importance.

La collection de dessins d'architecture est complétée par celle des fiches de taille, des épures (plans à l'échelle 1/1) et des gabarits.

La bibliothèque de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame

La bibliothèque réunit un ensemble exceptionnel de 7000 ouvrages (périodiques, livres, monographies) sur la cathédrale de Strasbourg, sur des thèmes associés, principalement en langue française, allemande et anglaise.

Les thèmes des collections sont les suivants :

  • la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame et son histoire
  • la cathédrale de Strasbourg (monographies et guides, histoire, architecture, sculpture, vitraux, mobilier, conservation, restauration et entretien, etc.) dont le plus ancien guide sur la cathédrale
  • l'histoire de la ville et de l'archevêché de Strasbourg
  • l'histoire de l'Alsace et de ses monuments
  • l'histoire culturelle, littéraire, théologique, les arts religieux et l'iconographie chrétienne
  • l'histoire de l'art, de l'architecture, de la sculpture, des vitraux et des arts décoratifs
  • la taille de pierre
  • l'entretien, la conservation et la restauration des monuments historiques.

La collection est actualisée et enrichie en permanence, grâce entre autres aux dons d'ouvrages.

Les ouvrages sont consultables uniquement à la bibliothèque de la Fondation. Aucun document ne peut être emprunté.

La bibliothèque est accessible aux chercheurs (historiens, conservateurs, etc.) sur demande motivée et écrite au directeur de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame ou via le formulaire en ligne.

La photothèque

Des tirages photographies en noir et blanc de la cathédrale prises en 1897 sont proposés à la vente par la Fondation

La photothèque regroupe plusieurs milliers de photographies de la seconde moitié du XIXe siècle à nos jours. Elles illustrent la cathédrale et les immeubles appartenant ou ayant appartenu à la Fondation.

Elle rassemble plusieurs collections de nature variée :

  • négatifs sur plaques de verre (au gélatino-bromure), près de 5500 plaques
  • négatifs sur films souples
  • diapositives
  • ektachromes
  • tirages noirs et blancs (anciens) d'après les plaques de verre
  • tirages anciens de Charles Winter, d'Alfred Wolff, etc.
  • tirages modernes
  • albums de la restauration en sous-œuvre du pilier portant la haute tour, dit "Pilier Knauth"
  • albums dédiés à l'horloge astronomique
  • albums de la Messbild-Anstalt de Berlin 1897
  • photos numériques.

 

La gypsothèque (collection de moulages en plâtre)

La Fondation de l'Œuvre Notre-Dame conserve une très riche collection de 5000 moulages en plâtres. Il s'agit surtout de moulages de sculptures, d'ornements et d'éléments d'architecture de la cathédrale de Strasbourg. Toutefois, certains proviennent d'autres édifices de la région, tels que les églises protestantes Saint-Pierre-le-Vieux et Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg, la collégiale Saint-Martin de Colmar et la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne).

Les moulages les plus anciens remontent au milieu du XIXe siècle. Cette collection est créée sous l'impulsion de Gustave Klotz (1838-1880) et complétée en grande partie au début du XXe siècle.

Ces pièces sont un fonds documentaire essentiel aux sculpteurs pour la restauration de la cathédrale. Ils reproduisent en effet des copies conformes des statues lors des campagnes de conservation-restauration de la cathédrale. Ils poursuivent de nos jours la réalisation d'estampages de sculptures de la cathédrale et enrichissent ainsi la collection.

Les estampages étaient entreposés dans les combles de la cathédrale. Une grande partie a été déplacée pendant de longues années aux Ponts couverts (barrage Vauban) à Strasbourg. Depuis 1997, les 5000 plâtres sont conservés aux ateliers de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame.

Le bombardement du 11 août 1944 a détruit un grand nombre de moulages en plâtres (des boiseries avec décors sculptées) dont ceux de deux fleurons de l'architecture Renaissance en Alsace : la maison Kammerzell et la maison située anciennement à l'angle de la rue du Parchemin.

La collection de pierres anciennes

La Fondation de l'Œuvre Notre-Dame dispose d'une collection de pierres anciennes (statues et éléments d'architecture) de la cathédrale de Strasbourg, dont la propriété revient depuis 1789 à l'État.

Actuellement l'inventaire recense 1800 objets.

Cette collection, abritée dans un dépôt lapidaire, est un outil majeur pour la restauration de la cathédrale. Les aspects de taille et autres empreintes laissées sur les pierres sont autant de témoins précieux pour les restaurations fidèles en taille de pierre et pour la sauvegarde des parties historiques du monument.

La glyptothèque

La collection de pierres anciennes comporte également des sculptures, réunies dans un local commun, la glyptothèque. Cette collection de sculptures (déposées) de la cathédrale est composée essentiellement de statues du XIXe siècle mais aussi de chimères et de gargouilles d'origine (XIIIe-XVIe siècles). Ces sculptures sont un témoignage précieux pour la mémoire historique, archéologique et artistique du monument, ainsi que pour la restauration et la copie conforme des sculptures de la cathédrale.

Les strasbourgeois et les touristes peuvent toutefois admirer une partie de cette collection exposée sous les arcades des anciens Ponts couverts (barrage Vauban) dans le quartier de la Petite France. Les sculptures les plus remarquables de la cathédrale de Strasbourg se trouvent quant à elles au musée de l'Œuvre Notre-Dame et sont accessibles sur le site Joconde.

La collection des vitraux

Parmi les collections de la Fondation figure aussi celle des vitraux de la cathédrale et de l'ancienne église des Dominicains de Strasbourg.

Les panneaux de la cathédrale

La Fondation de l'Œuvre Notre-Dame conserve 45 panneaux de la cathédrale. Il s'agit pour la plus grande partie de panneaux du XIXe siècle de la grande baie axiale du chœur. Exécutée en 1862 par Jean-Baptiste Petit-Gérard, la verrière est endommagée lors du bombardement du 11 août 1944. Elle est remplacée depuis 1957 par le vitrail de la Vierge aux bras étendus, signé Max Ingrand.

La Fondation possède aussi quelques panneaux d'une verrière installée à la fin du XIXe siècle, début du XXe siècle dans la chapelle Saint-Michel.

Les panneaux de l'ancienne église des Dominicains

La Fondation a acheté en 1834 les vitraux de l'église des Dominicains, consacrée en 1260, pour les réinstaller sur la cathédrale. À cette époque le chœur de l'ancienne église des Dominicains servait de bibliothèque municipale. Gravement endommagée lors du bombardement prussien de Strasbourg en 1870 elle est ensuite détruite.

Une série de 11 aquarelles, réalisée par l'architecte de la cathédrale Félix Fries en juin 1834 montre les 11 baies du chœur avant leur dépose. (galerie photo : 11 aquarelles de Félix Fries)

Une partie des vitraux est posée, deuxième moitié du XIXe siècle, dans la chapelle Saint-Laurent, le bras sud du transept (mur ouest), le narthex et dans la galerie du chevet, où ils sont encore visibles.

Les baies des tours du massif occidental étaient aussi garnies des panneaux des Dominicains à la fin du XIXe siècle jusqu'à leur dépose avant la Seconde Guerre mondiale.

La Fondation conserve actuellement 48 panneaux dans ses collections.

Autres collections

En plus de ces collections la Fondation possède également plusieurs fonds de plus petite taille tels les gravures, maquettes de la cathédrale mais aussi outils anciens, enregistrements sonores et visuels.

Haut de page