Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

1340 à 1371 : Construction de la chapelle Sainte-Catherine et de la tour nord

Hypothèse de restitution des étapes de construction de la cathédrale de Strasbourg, vers 1371
Souhaitée par l'évêque de la cathédrale dès 1331, la chapelle Sainte Catherine est construite de 1340 jusqu'à 1349. Dans un second temps le projet d'une façade à deux tours qui s'élèvent au-dessus de l'étage de la rose se poursuit jusqu'en 1365.

La construction de la chapelle Sainte-Catherine 

La chapelle Sainte-Catherine est érigée à partir de 1340 sur l'ordre de l'évêque Berthold de Bucheck (évêque de 1328 à 1353) par le maître d'œuvre Gerlach (1339-1371), petit-fils de l'architecte Erwin. Accolée aux deux premières culées des contreforts de la nef sud, elle accueillera son tombeau. Elle est composée de deux travées et s'affiche avec ses hautes baies rythmées de contreforts, comme une véritable châsse reliquaire. Cette œuvre au décor raffiné et aux remplages est consacrée le 16 avril 1349.

Les voûtes de la chapelle

Les voûtes étoilées à clés pendantes sont novatrices et influencent par la suite le chantier de la cathédrale de Prague. Endommagées par des orages, elles sont remplacées entre 1542 et 1547 par l'architecte Bernhard Nonnenmacher.

Les vitraux de la chapelle

La chapelle conserve des vitraux d'origine (à l'exception des baies ouest, déposées avant le XVIIIe siècle). Ils sont attribués au peintre verrier Johann de Kirchheim et présentent les douze apôtres accompagnés des saintes Marie-Madeleine et Marguerite, dans des pinacles élancés.

Le décor sculpté

Cinq statues ornent les arcatures qui s'ouvrent vers le bas-côté nord. Elles représentent (de l'est vers l'ouest) :

  • saint Florent (XIXe siècle)
  • saint Jean-Baptiste (XIVe siècle)
  • saint André (XIVe siècle)
  • sainte Catherine (XIVe siècle)
  • sainte Élisabeth (XIVe siècle).

La chapelle abritait un somptueux Saint-Sépulcre jusqu'au XVIIe siècle. Quelques fragments sont exposés au musée de l'Œuvre Notre-Dame et consultable sur le site Joconde, d'autres sont conservés dans la collection des pierres anciennes de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame.

La construction de la tour nord

La chapelle Sainte-Catherine (vers 1349) et la maison de l'Œuvre Notre-Dame (vers 1347) terminées, maître Johannes Gerlach (architecte de 1339 à 1371), le petit-fils de l'architecte Erwin, poursuit les travaux au troisième niveau de la façade. Il érige la tour nord jusqu'à l'étage situé au-dessus de la grande rose.

En 1365, d'après une chronique strasbourgeoise, les deux tours de la façade sont achevées jusqu'à la plateforme. Le beffroi intermédiaire n'existe pas encore.

Au moment de la construction de la tour nord, intervint un changement de projet. Le conseil municipal décide de modifier radicalement le plan d'origine, celui de la fin du XIIIe siècle commandé par l'évêque Conrad de Lichtenberg. Maître Gerlach dresse le plan d'un beffroi qui comble l'espace entre les deux tours. Ce changement permettrait alors d'ériger une tour nord bien plus haute que celle prévue initialement. Elle surpasserait ainsi, par sa flèche, les autres édifices du Saint-Empire (Fribourg, Ratisbonne, Cologne, Vienne).

Les autres évènements remarquables à cette époque

  • La pose des vantaux en bronze du portail central de la façade en 1343 qui seront détruits en 1793.
  • La visite en 1347 du roi germanique et futur empereur Charles IV (Empereur du Saint-Empire romain germanique de 1355 à 1378) de la cathédrale : il est reçu avec faste devant le portail du bras sud du transept.
  • Maître Gerlach construit l'aile gothique de la maison de l'Œuvre Notre-Dame en 1347.
  • La grande peste ravage toute l'Europe et réduit d'un tiers la population alsacienne en 1349.
  • La première horloge astronomique, dédiée aux Rois mages, est installée en 1352 sur le mur ouest du bras sud du transept.
  • Un tremblement de terre en 1356 occasionne des dommages sur la cathédrale dont on ignore le détail.
Haut de page