Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

La taille de pierre

Taille d'une balustrade
Sans doute un des métiers les plus emblématiques de l'époque des bâtisseurs, la taille de pierre reste aujourd'hui, par son langage géométrique et son savoir-faire traditionnel, un artisanat fondamentalement lié à la cathédrale.

L'esprit des bâtisseurs

Les tailleurs de pierre de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame ont pour mission première la restauration fidèle de la cathédrale. L'héritage du savoir-faire des bâtisseurs, la proximité de l'édifice et les ressources documentaires de la Fondation garantissent l'efficacité de ce travail.

En effet, les artisans cultivent leur connaissance de l'ouvrage en observant les empreintes de leurs prédécesseurs. Leurs prouesses architecturales forcent encore aujourd'hui le respect. Il y a beaucoup à apprendre, jusque dans le moindre détail. À titre d'exemple, les aspects de taille sont caractéristiques des outils utilisés au fil des périodes d'édification, du roman au néo-gothique.

En complément de cette lecture du bâti, la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame a pris soin de conserver certaines pièces d'un intérêt historique, architectural ou archéologique particulier. Cette collection constitue le dépôt lapidaire, un outil de travail précieux pour les tailleurs de pierre.

Les règles de l'art

Depuis la création de la Fondation, il y a huit siècles, les artisans perpétuent la tradition des bâtisseurs. Les techniques et les outils employés aujourd'hui restent authentiques. Le travail est exécuté à la main, dans le respect de l'ouvrage d'origine, et selon les mêmes méthodes sans outils pneumatiques.

Toutefois, l'emploi d'équipement moderne simplifie aujourd'hui la vie des artisans. C'est surtout le cas des engins de levage pour le bardage des pierres et des machines électroportatives pour les percements. Ces apports modernes sécurisent les interventions.

Le façonnage de la pierre

La première étape de la taille consiste à vérifier le bloc capable. L'artisan a besoin d'une pierre équarrie, posée dans le bon sens des lits et selon les cotes précises du volume à réaliser. La précision attendue est de l'ordre du millimètre.

Tracé et gabarits

Le tailleur de pierre trace ensuite les axes de la pierre. Cela permet d'appliquer les gabarits fournis par l'appareilleur pour déterminer le volume géométrique précis de la pièce à réaliser. Une pierre de taille est entièrement tracée à l'aide de la règle, du compas, et de l'équerre. C'est ce qui différencie la taille de pierre de la sculpture.

Mise en œuvre 

La méthode de taille consiste à décomposer ce volume complexe en une succession de surfaces simples : c'est l'épannelage. Ainsi, le tailleur de pierre peut contrôler la rigueur géométrique de son travail à chaque étape.

Pour chaque surface, les étapes restent les mêmes :

  • dégrossissage à la broche ou au deux-pics
  • approche à la gradine ou à la laie
  • finition au ciseau ou au fer à charruer.    

D'autres outils sont parfois nécessaires, mais même la plus complexe des moulures suivra ce principe.

Certaines pièces, comme les pinacles et les fleurons, sont ornementées et nécessitent donc la collaboration du sculpteur. Le tailleur de pierre façonne alors tout ce qui est géométrique. Il prend soin de délimiter les réservations, volumes capables qui contiennent l'ornementation, c'est alors au sculpteur d'intervenir.

Préparation à la pose

Le tailleur de pierre termine son travail en indiquant sur sa pièce le numéro de calepinage, ainsi que le lit de pose et le lit d'attente. Il ne lui reste qu'à effectuer les saignées, pattes d'oie et trous de coulées nécessaires à la mise en œuvre de la pièce sur le chantier. Le travail du tailleur de pierre en atelier est terminé.

Haut de page