Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Mathieu Baud

Mathieu Baud
Mathieu Baud est chargé de la conservation à la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, découvrez son parcours.

Mathieu est né à Nancy, il est arrivé très jeune dans la vallée de Munster et depuis quelques années, vit dans le Bas-Rhin et toujours à proximité des montagnes.

Un parcours atypique

Mathieu est chargé de la conservation à la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame depuis une quinzaine d'années. Son parcours est un peu atypique, après un Bac mathématiques et sciences de la nature puis un DEUG en histoire de l'art, il prépare en parallèle un CAP-BEP de maçonnerie, béton armé et gros œuvre. Il travaille quelque temps auprès d'un compagnon spécialisé entre autres dans la rénovation de maisons alsaciennes. Passionné d'architecture surtout des styles d'avant la Renaissance, il souhaite œuvrer pour la cathédrale de Strasbourg, « sur un édifice où l'imaginaire et la vie au Moyen âge sont remarquablement matérialisés dans la pierre » nous dit Mathieu.
Il intègre tout d'abord l'équipe chantier de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, à la dépose et pose des pierres. Après un CAP de taille de pierre, il rejoint les ateliers. Il était essentiel pour Mathieu de « toucher ce matériau, de le connaître aussi avec ses mains, de respecter le travail des anciens et chercher à conserver cette leçon d'histoire pour les générations futures ».
Depuis deux ans, il s'est lancé dans une démarche d'obtention du Master Conservation-Restauration des Biens Culturels par la validation des acquis de l'expérience. Dans ce cadre, il suivra des cours à la Sorbonne à partir de septembre.

Conserver et préserver

Application d'une compresse de dessalement.C'est à partir de 1999, que Christiane Schmuckle-Mollard l'Architecte en Chef des Monuments Historiques de l'époque, introduit la conservation dans les pratiques de la Fondation. Mathieu sera l'un des premiers à développer cette approche complémentaire de la restauration par la conservation. Il devient ensuite responsable de la cellule conservation, nouvellement créée lors du chantier de conservation-restauration de la haute tour (2005-2006).

Depuis cette époque, la conservation est devenue son activité principale. Elle consiste entre autres à la réalisation de cartographies et de protocoles d'interventions, mais aussi à sa mise en œuvre.
Il reste toutefois très attaché à l'esprit d'équipe et participe de temps en temps aux travaux de pose avec ses collègues de l'équipe chantier. Il fait aussi découvrir aux publics la cathédrale et la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame lors de journées portes ouvertes ou du patrimoine.
Un de ses meilleurs souvenirs est sa participation en tant que restaurateur-tailleur de pierre à la reconstruction par anastylose du temple de Létô en Turquie avec des collègues de la Fondation, les architectes Didier Laroche et Jean-François Bernard, des étudiants en architecture et des ouvriers des villages voisins.

Mathieu étudie actuellement les pathologies qui affectent le grès de la cathédrale, plus particulièrement sur le transept sud et stabilise voire élimine les altérations identifiées dans ce secteur. Il prépare aussi la conférence sur les grès qu'il animera avec sa collègue Estel Colas qui aura lieu le 26 mai au Münsterhof.

La cathédrale et ses mystères

Mathieu peut difficilement désigner son endroit préféré de la cathédrale, « il y en a tellement, mais pour en citer quelques uns : le sommet de la flèche et sa vue sur la petitesse du monde, l'envers du décor architectural, la structure de l'édifice et les chemins sans issue ou oubliés comme figés dans le temps mais aussi le bestiaire caché ou fondu dans l'architecture. »

Passions et loisirs

Mathieu aime avant tout observer, dans le sens contemplatif du terme, la Nature qu'elle soit minérale, végétale ou animale et agir autant que possible à sa préservation. « D'ailleurs, la cathédrale est un observatoire idéal, les bâtisseurs se sont beaucoup inspirés de la nature dans leurs figurations. Il existe beaucoup d'analogies entre ces deux mondes, la nature et la cathédrale ».
La science-fiction et la fantasy en littérature ou au cinéma sont une autre de ses passions « elle permet de bousculer nos repères, nos habitudes et aussi de décompresser ».

Le mot de la fin

L'essentiel pour Mathieu est de préserver l'héritage du passé par la transmission des savoirs et en tenant compte aussi des nouvelles techniques et technologies. « La cathédrale sera certainement dans les prochaines années soumise à de plus fortes dégradations dues pour la plupart aux changements climatiques et à l'impact humain direct ou indirect. Nous devons dès à présent développer la conservation préventive et favoriser les échanges multidisciplinaires pour sauvegarder ce patrimoine exceptionnel. »

Publication 2015

Haut de page