Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Martin Kustner

Martin Kustner, apprenti tailleur de pierre
Martin Kustner est apprenti tailleur de pierre à la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame. Découvrez sa fraîche passion pour ce beau métier et ses projets pour l'avenir.

Avant tout, choisir un métier manuel

Martin a 17 ans et habite le quartier des Quinze à Strasbourg.

Bien qu'au départ, il soit tenté après son Brevet des collèges par des études littéraires, c'est finalement l'attrait de la noblesse d'un métier manuel qui le séduit. Il opte en premier lieu pour l'ébénisterie, mais ses souvenirs d'enfance lui rappellent sa fascination des châteaux et des jardins. Il a entre autres parcouru les dédales des châteaux de la Loire et de Versailles.

Au gré de son apprentissage

Il demande alors à effectuer un stage à la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame. L'expérience lui plaît et il entreprend un CAP de Tailleur de pierre. Il est apprenti à la Fondation depuis deux ans.

Ce qu'il préfère dans ses études c'est certainement la taille de pierre, mais aussi le dessin technique. Il aborde également l'histoire de l'art et les mathématiques pour calculer les fiches de débit par exemple.

Pièce décorativeÀ la Fondation, il a déjà taillé un meneau, un balustre et une pièce décorative, Vincent Munio est son maître d'apprentissage. Depuis quelques semaines il commence une nouvelle pièce : une sphère ajourée, cette fois-ci sous le tutorat de Jonathan Waag.

Ce qu'aime avant tout Martin à la Fondation, c'est la diversité « Je peux poser des questions à tout le monde et observer le travail des sculpteurs et des tailleurs de pierre. Mes pièces d'apprenti sont toutes différentes. Dans une entreprise privée j'aurais taillé des parpaings. Les maîtres d'apprentissages sont très exigeants et je reconnais ne pas être toujours à la hauteur et manquer parfois de concentration et de patience, mais j'aime ce métier et j'ai de la chance de faire mon apprentissage à la Fondation. ». Curieux de nature, il n'hésite pas à aller chercher des conseils ailleurs, il pense ici à un ancien apprenti de la Fondation installé aujourd'hui à son compte.

Pendant son apprentissage, Martin a aussi effectué un stage d'un mois et demi au service des Ouvrages d'art de la ville de Strasbourg. À cette occasion, il a participé au diagnostic sanitaire des ponts et re-maçonné ceux qui présentaient des déficiences. Il a aussi accompagné du public sur la cathédrale lors des Journées Européennes du patrimoine de septembre dernier « Ces visites sont sympas, mais parfois les gens regardent la ville et le paysage plutôt que la cathédrale, c'est dommage ».

Son futur dans les métiers de la pierre

Martin n'a pas encore d'idée précise de ce qu'il va faire après son CAP « J'hésite, je pourrais faire un BP ou chercher du travail dans une entreprise, mais j'aimerais surtout faire un apprentissage en sculpture aux Beaux-Arts de Barcelone ». En effet, Martin se voit après quelques années de travail chez un patron, devenir responsable de sa propre entreprise de restauration de Monuments Historiques et de temps en temps créer et sculpter.

L'an passé, il a d'ailleurs participé au Festival européen des tailleurs de pierre, le thème était : « La faune et la flore de la Forêt-Noire ». Il a sculpté un ours, symbole de la cette région. Il compte réitérer l'aventure cette année, le Festival se déroulera à Strasbourg du 26 au 28 juin, place du Château. Millénaire des fondations de la cathédrale oblige, le thème proposé sera « l'Art roman ». Il a l'idée cette fois-ci de sculpter une chimère à peau de serpent, aux ailes de griffons et aux pieds de lion … tout un programme.

Loin vers le nord ...

Ces loisirs, Martin les passe sur son vélo, musique dans les oreilles ou autour d'un verre avec ses amis du CFA Jules Verne de Saverne. Il voyage aussi, surtout en Scandinavie, il s'y est rendu 6 fois déjà. Il a une nette préférence pour le Danemark, bien qu'il soit allé en Suède et aux confins de l'Europe au bord du cercle polaire.

Le mot de la fin

Son mot de la fin : « Tailleur de pierre ou sculpteur sont de beaux métiers et c'est vraiment super d'avoir l'opportunité de travailler à la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame »

Haut de page