Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Benjamin Gradwohl

enjamin Gradwohl, préparation du coulage au plomb
Tout a commencé il y a sept générations …

La transmission du métier

Benjamin est né en 1983 à Schiltigheim. Il est la septième génération de tailleur de pierre de sa famille. Il a commencé sa formation par un CAP Tailleur de pierre en alternance entre le CFA Jules Verne de Saverne et la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame et a ensuite obtenu un BP Métier de la pierre au CFA de Montalieu-Vercieu également en alternance chez Chanzy-Pardoux.
Après ses études, Benjamin a été salarié pendant un an à l'association Chantiers Histoire et Architecture Médiévales (C.H.A.M.). Il dirige d'ailleurs chaque été, et bénévolement, le chantier de restauration des remparts du Château-fort de Dun-sur-Meuse. C'est important pour Benjamin «j'aime transmettre ma passion, mon métier de tailleur de pierre. Cela fait dix ans que je m'occupe de ce chantier de restauration des remparts, il devrait durer encore trois ans. Ce sont de belles expériences pour moi. Il s'agit de gérer le chantier mais aussi les bénévoles, le plus souvent des jeunes d'horizons divers qui ne connaissent pas le métier mais aussi le budget, les repas, etc. j'ai finalement plus de responsabilités pendant ces quinze jours d'été que le restant de l'année.»

La taille de pierre mais traditionnelle

Benjamin a choisi la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame car il souhaitait tailler du grès, sa pierre préférée, manuellement et non mécaniquement et bien entendu travailler pour la cathédrale de Strasbourg « je la voyais tous les jours depuis les fenêtres de mon collège, je l'appréciais déjà à l'époque ».
Benjamin partage son temps professionnel entre la taille de pierre à l'atelier et les chantiers. Actuellement, il restaure les joints du dallage dans la crypte de la cathédrale avec ses collègues Fabrice, Hubert et l'autre Benjamin. Il lui tarde d'ailleurs de retourner à l'atelier, la taille lui manque un peu.

Tout là-haut

Benjamin monte aussi le drapeau au sommet de la flèche quasiment tous les ans « c'est un vrai privilège, une fierté ! » et son endroit préféré de la cathédrale est la voûte festonnée de la haute tour, un chantier dont il avait la responsabilité.
Passion et loisirs
Les loisirs de Benjamin sont divers et variés du snowboard à la chasse à l'arc en passant par le bricolage.

Mot de la fin

Benjamin souhaite continuer à restaurer la cathédrale de façon traditionnelle bien que les moyens financiers dédiés à l'entretien et à la restauration de la cathédrale diminuent. « Il faut aussi trouver un juste milieu entre la conservation et la restauration. Nous n'avons pas assez de recul dans le temps sur les opérations de conservation, parfois nous passons plus de temps à conserver une pierre, peut-être pour peu de temps, que tailler une nouvelle pièce à l'identique. »

Publication 2016

Haut de page