Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Un chantier de A à Z

Pose et ajustement d'éléments de corniche
La restauration d'un édifice tel que la cathédrale de Strasbourg nécessite l'intervention d'un grand nombre de métiers et de techniques. Passage en revue des grandes étapes d'un chantier, de l'étude préalable à la pose de la dernière pierre.

Au bureau d'études

Lorsqu'un chantier est programmé sur l'édifice, il convient d'en définir le cadre exact. C'est l'objet de l'étude préalable qui définit précisément le contexte de l'intervention (historique et technique) ainsi que la nature des actions envisagées : entretien, conservation, restauration.

Dans un second temps, le bureau d‘études établit une Demande d'Autorisation de Travaux (DAT) très détaillée, qui comprend les études techniques préalables à la réalisation des travaux.

Ces deux dossiers sont réalisés en étroite collaboration et sous la responsabilité de l'Architecte en Chef des Monuments Historiques de la cathédrale. Ils sont également soumis à l'approbation de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, représentant l'État, propriétaire de l'édifice.

Relevés et dessins

Une fois l'intervention autorisée, l'appareilleur conçoit les dessins nécessaires à l'exécution des travaux de taille de pierre. Il effectue pour cela les mesures des pièces à restaurer sur l'édifice : c'est lerelevé. Il peut par ailleurs s'appuyer sur les plans et d'autres données du fonds documentaire.

Il réalise ensuite les fiches de taille et les gabarits, qui comportent toutes les informations nécessairespour la taille et la sculpture des éléments à restaurer.

Au sein des ateliers

Le travail de la matière peut alors commencer. La Fondation de l'Œuvre Notre-Dame achète des blocs pierres dans différentes carrières de la région rhénane. Mise à part l'extraction, toutes les étapes de transformation de la pierre sont réalisées par nos ateliers.

Sciage des blocs

La première étape est le travail du tailleur de pierre affecté au débit ou débiteur. Il scie les blocs marchands de plusieurs tonnes aux dimensions de chacun des blocs capables prêts à être taillés aux ateliers.

Taille et sculpture

C'est alors aux artisans tailleurs de pierre et aux sculpteurs des ateliers d'intervenir. Ils réalisent les copies exactes et les copies conformes. Ce travail est pratiqué presque exclusivement à la main à l'aide d'outils traditionnels.

Menuiserie et forge

Les chantiers de conservation-restauration concernent aussi la menuiserie et la ferronnerie. La Fondation dispose pour cela d'un atelier de menuiserie et d'une forge. Beaucoup d'outils de tailleur de pierre sont d'ailleurs forgés dans cet atelier.

Sur le chantier

Les échafaudages du chantier sont tout d'abord posés pour effectuer les analyses et études préliminaires, ensuite pour les travaux proprement dits. Lorsque l'essentiel des pierres est taillé et sculpté, une nouvelle étape commence et les maçons rejoignent les tailleurs de pierre pour la mise en œuvre sur la cathédrale.

Refouille et pose

Les tailleurs et les maçons déposent d'abord les éléments à remplacer ou à conserver en atelier. Ils retirent pour cela de la matière soit pour dégager les pierres à restaurer, soit pour créer une réservation en attente de la copie : c'est la refouille. Les pierres les plus représentatives et à forte valeur historique et archéologique sont conservées au dépôt lapidaire de la Fondation ou au musée de l'Œuvre Notre-Dame.

Les éléments taillés ou conservés en atelier sont acheminés sur le chantier. Les artisans procèdent alors à leur pose, puis les scellent au mortier de chaux ou au plomb. Parfois, un léger ajustement des pierres est nécessaire : on parlera de retaille.

Travaux de conservation

Les artisans sont également chargés de la conservation des pierres, des mortiers, des polychromies, des fers et des bois. Selon la nature des interventions, elles peuvent être effectuées sur place, en amont de la restauration, ou encore en atelier.

L'étape finale du chantier est la réfection des joints ou leur reprise, avant un nettoyage complet.

La réception des travaux

La dernière étape consiste à contrôler les travaux exécutés : c'est la réception des travaux. L'Architecte en Chef des Monuments Historiques et de la Direction des Affaires Culturelles valideront les travaux exécutés sur l'ensemble du chantier.

Un dernier document technique sera alors établi : le Dossier Documentaire des Ouvrages Exécutés. Il recense l'ensemble des travaux et les documents administratifs, techniques et scientifiques mis en œuvre sur le chantier.

Haut de page