Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Les façades sud et est du bras sud du transept

Cartographie de la polychromie des grès, extrait
Le chantier de la façade sud, des contreforts et de la façade est du bras sud du transept est une opération globale de restauration et de mise en valeur. Elle intègre la protection des vitraux, la consolidation des polychromies ainsi que les travaux de couverture, de menuiserie et de serrurerie.

Présentation chronologique

Construction et travaux de la façade sud, des contreforts et de la façade est du bras sud du transept

La première pierre du monument roman est posée en 1015 par l'évêque Werner de Habsbourg. À la fin du XIIe siècle, une reconstruction intégrale de l'édifice est entreprise.
Elle commence entre 1150 et 1170
, par les parties inférieures du mur est puis par la croisée de transept et le côté nord du mur ouest entre 1180 et 1200. Le bras nord du transept, une fois achevé, commence la construction de la façade sud du bras sud du transept vers 1210-1220. La partie supérieure de cette façade n'est terminée que vers 1220-1230 et les sculptures du registre inférieur sont achevées.

En 1493, une importante phase de travaux transforme le décor,de nouvelles statues sont posées et les balustrades des deux coursives sont changées et mises au goût du jour.

En 1532, un nouveau buffet d'horloge est installé en façade.

En 1793, de nombreuses statues sont détruites. Leur restitution est réalisée entre 1811 et 1828.

Entre 1854 et 1860, les vitraux sont remaniés, restaurés et complétés.

Entre 1906 et 1986, commence une succession de phases de restaurations ponctuelles, basées sur le principe de changement à l'identique des éléments en place.

Projet de conservation-restauration

Les travaux pour la restauration des façades sud, et est du bras sud du transept sont programmés de 2014 à 2017 et inscrits dans le programme pluriannuel réalisé par la DRAC en concertation avec la Fondation.
Elle est le résultat de plusieurs phases de construction, de modification et de restauration, notamment le double portail et les éléments décoratifs. Les façades sud et est, et les contreforts présentent plusieurs éléments délités ou desquamés. Ces problèmes ne se rencontrent pas uniquement sur les pierres d'origine ou anciennes, mais aussi sur celles issues des restaurations du XXe siècle. De nombreux éléments ne sont plus en place, purgés, déposés, disparus ou jamais reposés comme la statue de saint Arbogast. Enfin, il y a de nombreux vestiges de polychromies, parfois sur plusieurs couches, qui sont à étudier et à conserver.

L'étude préalable est réalisée par la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame sous la direction de l'Architecte en Chef des Monuments Historiques (Christiane Schmückle-Mollard) entre octobre 2009 et juillet 2010. Elle sera approuvé par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) en mai 2011.

En août 2012, la mise en place d'un échafaudage sur la partie centrale de la face sud a permis l'étude des traces de polychromies sur les tympans de la Dormition, du couronnement de la Vierge ainsi que sur les parements. L'étude de diagnostic des vitraux des deux roses représentant l'ancienne et la nouvelle alliance est lancée.

En janvier 2013, l'étude et la réalisation du DAT (Demande d'Autorisation de travaux) par la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame sous la direction de l'Architecte en Chef des Monuments Historiques (Pierre-Yves Caillault) débute et sera achevée en novembre 2013. Un complément d'échafaudage sera ajouté en avril 2013.

Au début de l'année 2014, la mise en place du chantier a proprement parlé commence avec l'installation de l'alimentation en eau et en électricité et la protection des baies (vitraux) et des tourelles. Un filet de protection est mise en place sur l'échafaudage comporte une image imprimée en grand format de la façade sud à la fin du XIXe siècle. Elle est très intéressante car représentative du projet de restauration finalisé. En effet, les flèches des deux tourelles sont couronnées de leurs grands fleurons sommitaux et la statue de saint Arbogast est logée dans sa niche.

Début mai 2014, les travaux commencent.

Haut de page