Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Formulaire

 
Ne contient aucune page pour la navigation de rubrique

Agrégateur de contenus Agrégateur de contenus

L'apport de l'archéologie du bâti à l'étude du portail sud du transept de la cathédrale

 Relevé des tympans du transept sud par llona Dudziński
Le portail sud de la cathédrale de Strasbourg est étudié depuis de nombreuses années par les historiens de l'art mais pour la première fois c'est l'archéologie du bâti qui viendra valider ou non les plus récentes hypothèses.

La genèse du projet

C'est en novembre 2015, à l'initiative de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, qu'une demande d'autorisation d'étude archéologique de bâti sur le transept sud de la cathédrale de Strasbourg a été transmise à la Conservation Régionale des Monuments Historiques Grand Est (CRMH)et instruite par cette dernière et par le Service Régional de l'Archéologie (SRA) tous deux relevant de la Direction Régionale des Affaires Culturels (DRAC). Ce projet, porté par l'université d'Innsbruck, notamment par le professeur, docteur, ingénieur Klaus Tragbar de l'Institut für Architekturtheorie und Baugeschichte (Institut de Théorie architecturale et d'histoire de l'architecture), a pour vocation d'étudier la construction du double portail et plus précisément les deux tympans de style gothique, intégrés dans une architecture de style roman.
Le projet est financé par le Land Tirol (Autriche) et la Tiroler Wissenschaftsförderung (Soutien de la recherche du Tirol)  et également soutenu au plan scientifique, par l'Université de Strasbourg avec le concours du professeur Marc Carel Schurr.

L'archéologie du bâti en renfort

Extrait du relevé des tympans du transept sud par llona DudzińskiL'architecte et archéologue du bâti llona Katharina Dudziński, qui vient de soutenir une thèse de doctorat sur le jubé du chœur occidental de la cathédrale de Naumburg (XIIIe siècle), a pour mission de déterminer si les tympans ont été mis en place dès l'origine, ou s'ils ont été insérés au cours d'une campagne de travaux postérieure.
Cette question, non résolue, a des incidences majeures du point de vue de l'histoire de l'art et de l'architecture, ce portail étant aujourd'hui considéré comme le maillon essentiel de la pénétration du style gothique dans le Saint-Empire romain germanique, alors encore de tradition romane tardive.

L'opportunité offerte par la présence des échafaudages, à l'intérieur comme à l'extérieur du portail, permet d'accéder au plus près des informations archéologiques et à des données normalement hors de portée. Les méthodes de recherches, non destructives, reposent essentiellement sur une approche "stratigraphique" appuyée sur un enregistrement graphique, photographique et écrit des données. Les relevés seront réalisés manuellement, à l'échelle 1/20.

 

Les premiers résultats

Ilona Katharina Dudziński exploite en partie les plans photogrammétriques réalisés par la société GBVD Vomstein pour le compte de la Fondation. Elle a complété ces plans, ajouté ses observations pierre à pierre, tels que les aspects de taille, les éléments manquants et l'ensemble de ses constats concernant la construction. Elle a également dessiné l'élévation intérieure, la coupe du portail et cartographié les étapes supposées de l'édification du portail et de ses tympans. Ses premières constatations montrent que le chantier ne s'est pas arrêté, que le changement de projet n'est pas brutal. Il s'agit d'une évolution dans la construction bien que les nouveaux tympans soient plus grands et plus ouvragés que ceux prévus dans le projet d'origine. Ilona affirme ainsi que les éléments de la construction ont été taillés dans leur ensemble mais posés seulement en partie. Les tympans ont ensuite été sculptés dans le nouveau style venu d'Île-de-France (probablement Chartres) sans doute à l'occasion d'un changement d'équipe ou d'architecte (ou sur demande du commanditaire qui se trouve parmi l'évêque et les membres du chapitre de la  cathédrale de Strasbourg) et ont été insérés dans l'architecture en cours d'érection.

À noter : cette étude novatrice fera l'objet d'une conférence le 13 juin 2018 au Münsterhof (18h) dans le cadre du cycle conjoint entre la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg et de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame.

Les déductions, recherches et conclusions d'Ilona feront l'objet d'un rapport détaillé (en français) d'ici quelques mois et viendront développer le présent article.

Documents utiles Documents utiles

Documents utiles
Aucun document n’est disponible
Il n’y a aucune édition à afficher
Il n’y a aucune édition à afficher
Haut de page