Agrégateur de contenus

angle-left Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, la candidature internationale dans les starting-block

Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, la candidature internationale dans les starting-block

© Fondation de l'Œuvre Notre-Dame
La Fondation de l’Œuvre Notre-Dame est inscrite depuis 2017 à l’inventaire français du Patrimoine culturel immatériel, première étape à la candidature internationale.

Le 6 février, une délégation présentait au Ministère de la culture le dossier de candidature du Bauhüttenwesen ou "Mode d’organisation des ateliers de cathédrales et grandes églises" au Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.Pinacle constitué de 18 pièces représentant les 18 ateliers. Il sera transmis à l’UNESCO avec le dossier de candidature

Le La délégation : Sandrine Ruef (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame), Matthias Deml (Cologne), Peter Füssenich (Cologne), Éric Fischer (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame), Yvonne Faller (Fribourg), Alain Fontanel, Uta Tröger (Cologne), Michael Hilbert (Ulm), Marie Louise Anker (Trondheim), Andreas Böhm (Ulm)Comité du patrimoine ethnologique et immatériel a reconnu unanimement l’excellence du dossier.

Cette candidature est internationale : la France, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et la Norvège et qui représente 18 ateliers de cathédrales dont la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame.

Dans quelques jours l'ambassadeur de France remettra le dossier à l'UNESCO pour une possible inscription en novembre 2020 du Bauhüttenwesen, sur le registre des bonnes pratiques, sous l’intitulé :
Les techniques artisanales et les pratiques coutumières des ateliers de cathédrales, ou "Bauhütten" en Europe : savoir-faire, transmission, développement des savoirs, innovation.